Les servos, mieux les connaître

Les servos sont classés par analogiques ou numériques, par leur poids et par leur couple. Pour un modéliste non-expert il est facile de se perdre avec tant d’offres sur le marché, je vais essayer de faire un guide utile pour choisir les servos de votre avion.

Le pilote du modèle envoie l’ordre du mouvement au servo au moyen de l’émetteur, généralement avec une fréquence d’onde de 2,4 Ghz, ordre qui est reçu dans le plan au moyen du récepteur. Cela convertit ces impulsions de l’émetteur en impulsions électriques que les servos transforment en mouvement, lorsque l’impulsion disparaît, le servo retourne à sa position d’origine, position neutre.

La mécanique. Le servo est entraîné par un moteur électrique qui fonctionne généralement à 4,8 volts (données à prendre en compte pour ne pas brûler les servos). Le mouvement de l’arbre du moteur déclenche le mouvement des engrenages qui se séparent finalement au sommet du servo avec des fentes qui permettent le couplage du palonnier. Ces engrenages peuvent être en métal ou en nylon. Les métaux sont plus résistants aux chocs, ils sont partout sur les ailes car ils sont plus exposés, alors que les nylon ont moins d’espace entre les engrenages et ils s’adaptent mieux ensemble, ce qui les rend plus précis…

L’électronique. Nous trouvons un double amplificateur qui permet le mouvement dans les deux sens de rotation du moteur. Les servos analogiques et numériques présentent tous deux un bon centrage au point neutre.

L’alimentation électrique des servos à 4,8 V est effectuée par l’ESC (Electronic Speed Controlle) si le modèle utilise un moteur électrique, ou un UBEC (Universal Battery Elimination Circuit) dans le cas où l’avion a un moteur thermique ou s’il est un planeur.

Une règle simple permet de calculer un couple nécessaire pour un modèle de loisir, en connaissant sa masse en vol.

Couple servo = masse du modèle x 1.5

Pour un avion de 3 kg, le couple des servos sera de 4,5 Kg.cm.

 

error: Alert: Content is protected !!